Moko trovit Papilum

2013-12-11 12.29.23RMoko trouvit ubi erat navem salvates giletem perdidus.
Le gilet de sauvetage provenait du caseyeur Papilu, un navire de pêche construit en 1985. Le bateau a coulé à 2,8 milles de Saint-Quay. Les deux hommes d’équipage ont été récupérés sains et saufs, par la vedette SNSM de Saint-Quay-Portrieux, sur leur radeau de survie.
« Lorsque nous sommes arrivés sur zone, nous avons vu le bateau en train de sombrer et personne autour. Juste la balise de détresse », témoigne Cyril Mordelet, le patron de la vedette SNSM. « Heureusement, nous avons rapidement vu le radeau de survie et les deux hommes à bord. Nous les avons récupérés choqués, mais sains et saufs ». Ramenés à quai au port de Saint-Quay-Portrieux, les naufragés ont ensuite été pris en charge par les pompiers. Quand à Papilu, après plusieurs atermoiements entre la préfecture maritime et la SNSM, le bateau a été renfloué et ramené au port par la SNSM, laissé quelques jours la quille en l’air dans le port, ce qui a achevé de le détruire, puis enfin hissé sur l’aire de carénage d’où il partira à la casse.

Les aventures de Mokonalistix

2013-12-12 10.10.32RMokonalistix est journaliste, toujours à la recherche du scoop il ne sort jamais sans son appareil Panoramix, bien lui en a pris ce lundi 9-12-13. Le scoop, il l’a trouvé alors qu’il accompagnait les marcheurs du moulin.
Un gilet de sauvetage orange échoué sur la plage du port, en voilà du grain à moudre ! le p’tit truc qui fait :
– Est-il tombé d’un bateau ?
– Son propriétaire s’est-il noyé ?
Mokonalistix a une semaine pour faire son enquête, les marcheurs veulent une réponse lundi prochain !

Guy Morvan

Aube au moulin

Hivernage du moulin (14 novembre 2013)

Pourquoi entretenir le moulin en ce mois de novembre ? Alors qu’il est à l’arrêt.
Un moulin ne reste pas inerte, hormis les murs et les planchers, toutes les autres parties sont en mouvement : Le toit tourne pour la mise au vent des ailes, ainsi que les ailes, le rouet, la lanterne, les meules, la bluterie. Cette mécanique est solide et fragile à la fois. Les pièces qui tournent ou qui frottent s’usent, sans parler des chocs dus aux coups de vent soudains et violents. Il faut tout contrôler, nettoyer, graisser…
L’équipe des ailes a rhabillé les meules
L’équipe des ailes met à profit cette période creuse de l’année pour accomplir une grande révision au cours de laquelle la lanterne (300kg) et les meules (600kg) sont démontées et contrôlées. Grâce à ces opérations le moulin tourne et régale les visiteurs tout l’été sans incident majeur.
Aujourd’hui les meuniers ont procédé au rhabillage des meules : l’opération consiste à recreuser les rayons des meules pour permettre l’écoulement de la farine lors du broyage. Cette opération délicate, autrefois réalisée avec un marteau à piquer, est aujourd’hui effectuée au marteau burineur.
Le moulin est maintenant prêt à affronter l’hiver et à tourner au printemps prochain.

Hissage au palan de la lanterne et du gros fer, pour dégager la meule tournante.

Levage de la meule tournante grâce à la levée (potence équipée de deux bras en acier)

Rhabillage de la meule dormante au marteau burineur

averses sur le GR 34

inconnueMais qui n’ont pas dissuadé les vaillants marcheurs (peu nombreux) de l’amicale du moulin de se rendre au bec de Vir en passant par Saint-Marc et la vallée de Kerpont, retour par le GR 34 jusqu’à Saint-Marc où les marcheurs se sont abrités sous l’immense cyprès de Lambert, puis par le boulevard du littoral.
Rendez-vous lundi 4 novembre pour la prochaine balade.

Présence sur les Prémontrés à l’abbaye de Beauport

Conférence de Daniel Le Meur samedi 12 octobre 2013 :
L’Abbaye de Beauport est l’un des plus importants ensembles d’architecture religieuse conservés en Bretagne. Elle a été fondée en 1202 avec l’aide d’Alain d’Avaugour, comte de Penthièvre et de Goëlo. Celui-ci fit appel à la communauté des chanoines réguliers des Prémontrés installée à l’Abbaye de la Sainte-Trinité de la Lucerne dans le diocèse d’Avranches en Normandie.
L’ordre de Prémontré avait été fondé au 12ème siècle par Norbert de Xanten, archevêque de Magdebourg.
Le comte de Goëlo accepta en 1202 de donner aux Prémontrés un terrain sur un socle rocheux, site actuel de l’Abbaye de Beauport. Ces Prémontrés ayant reçu plusieurs autres dons et munis d’une bulle papale de 1203 qui leur accordait de nombreux privilèges, ils ont construit des bâtiments. Les chanoines assuraient la desserte des paroisses du voisinage.
L’Abbaye fut prospère à différentes époques. Elle déclina beaucoup après 1750 et fut pillée et détruite par les révolutionnaires. Elle a fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques au 19ème siècle. En 1992, le site est devenu la propriété du Conservatoire du littoral.


© texte : Dominique Choplin | photos : Hélène Guégan