Chronique d’instant de bonheur

Ce samedi 10 mai dans la salle du Centre des Congrès de Saint Quay Portrieux , nous sommes allés à la rencontre de Mathieu Pesqué accompagné de son harmoniciste en première partie et de Nélice et Malika en seconde partie, ces artistes évoluent dans un registre de blues tout en nuances et en finesse autant lorsqu’ils interprètent  leurs propres compositions que lorsqu’ils revisitent des grands standards. Une belle découverte et une prestation plébiscitée par un public enthousiaste. Nous en sommes sortis les pieds sur terre et la tête dans les étoiles.

Chronique d’une marche annoncée

Hier lundi,  nous nous sommes retrouvés au lieu de rendez vous habituel pour une randonnée emmenée par Marie-Françoise Hydrio. Départ du  groupe, direction le Palus et retour

Pour nous accompagner,  soleil ,  quelques lézards et dans les airs geais et papillons. Quoi de plus agréable que de marcher avec le bruit des vagues et le chant des oiseaux, alors pour tous les amateurs, à lundi prochain.

Sortie géologie du lundi 28 avril 2014

DSC05640

Briefing de Michel

Nous n’étions qu’un groupe d’une douzaine de personnes pensant braver les aléas climatiques, et nous avons été bien récompensés par le temps — la journée s’est achevée sous un beau soleil — et aussi par la qualité de l’excursion.
L’église de Langueux a servi de point de rendez-vous.

la Grève des Courses
Nous sommes de là repartis jusqu’à la Grève des Courses. Même si le but de notre promenade n’était pas ce lieu, il mérite cependant d’être évoqué. Il s’est passé en ce lieu jadis des meetings aériens, puis que des courses hippiques (d’où son nom)… Au début des années 1960 on y a créé une décharge municipale gérée par la Mairie de Saint Brieuc où se sont entassé des déchets ménagers et des déchets industriels parfois douteux, voire toxiques en raison de l’attaque des métaux par l’eau de mer. En 1983, tous les herbus situés entre les 2 pointes qui encadrent la grève des courses avaient disparus. Qu’à cela ne tienne, on a rehaussé la décharge, qui couvrait 28 hectares, sur une épaisseur de 10 à 20 mètres selon les endroits ! Ainsi ont disparu les nurseries à poissons plats et les dernières roselières et d’herbus qui accueillaient les oiseaux migrateurs. Cette décharge est une catastrophe écologique pour la Baie de Saint Brieuc : la mer baignant les dépôts à chaque marée et les eaux de pluie ont produit des jus de toxiques stérilisant le milieu marin littoral sur plus de 100 mètres au large. La décharge n’a été fermée qu’en 1989, mais a perduré jusqu’en 1993, quand la mairie l’a recouverte de plusieurs mètres d’argile pour limiter son lessivage par la pluie. Ni vu ni connu ?
Les poudingues
Petite note étymologique: Le mot poudingue est adapté de l’anglais pudding-stone ‘pierre de pudding’. Le pudding anglais est un entremets à base de mie de pain, de farine, d’œufs, de moelle de bœuf et de raisins de Corinthe, souvent parfumé avec de l’eau-de-vie, que l’on sert traditionnellement à Noël en Grande-Bretagne. Le mot pourrait venir du français boudin issu du latin vulgaire *botellinus, dérivé du latin botellus « saucisse ». .. Il suffit de remplacer les raisins par des galets
de beaux poudingues3

de beaux poudingues2
Les poudingues de Cesson les plus connus sont situés au nord.
départ vers le nord
Pour les atteindre, nous franchissons une zone de vase couverte d’abondants dépôts de sulfure de fer qui donnent cette couleur noire aux sédiments. Heureusement qu’Henri nous a fait prendre des bottes ! Ces poudingues sont formés de galets de plusieurs sortes (poudingues polygéniques) très déformés (avec cependant des différences selon la taille et surtout selon la nature des galets).
Le paysage est intéressant

une végétation amphibie

mais quelles sont ces fleurs

La plante en photo s’appelle COCHLEAIRE ou herbe à scorbut car ses feuilles sont riches en vitamines C et les marins avaient l’habitude d’en manger :gout acre et piquant qui rappelle le raifort .C’est une plante halophyte c.a.d.adapté au milieu salé Onpeut la trouver aussi au bord des routes où l’on dépose le sel.

En revenant sur nos pas,
avec des poses pendant la pause

Pose pendant la pause

nous examinons l'enrochement de la Grève des Courses… Nous y voyons des poudingues très déformés qui proviennent des carrières du Gouet… Ceux qui sont situés le plus au sud (il s’agit des les plus anciens) englobent des gros galets formés de Trondhjémite, une variété de diorite (le mot est fait sur celui de la ville de Trondheim, en Norvège).
Nous passons ensuite de l'autre côté de l'Anse d'Yffiniac pour arriver sur le site de l’Hôtellerie à Hillion. Une autre traversée dans la vase collante
poudingue d'hillion6

pour atteindre un filon de dolérite bien connu pour son altération en boules… avec de fines écailles en pelure d’oignon.
poudingues d'hillion2

Merci mille fois à notre guide, le passionné Michel Guillaume, qui sait se mettre à la portée des néophytes et accepte toujours avec patience de répondre à nos questions.
Et merci comme à chaque fois à Hélène : rien n’échappe à l’œil de son appareil photo !